O ti le la la e - Liv

O ti le la la e Ravann

Product Description

O ti le la la e ravann vous dira tout ce que vous voulez savoir sur la ravanne. Il raconte ses origines, son parcours à travers l’histoire, sa place dans le présent, sa dimension symbolique, sa portée pédagogique, son importance pour le pays. Livre accompagné de deux DVD, ce projet d’Abaim complète un travail commencé en 2013. Il repose sur les trente ans d’histoire de Lekol Ravann et réunit des héritages laissés par le patrimoine oral. O ti le la la e ravann offre aussi une base théorique à l’instrument, dont il enseigne aussi l’utilisation. Abaim procédera au lancement de cette œuvre d’une haute importance pour la culture du pays le 30 juillet.
“Ravann so form ron. Dabor ena enn serk dibwa (apel sa enn tour ousi), danle 10 santimet (4 pous) larzer. Lerla, redi enn lapo kabri ki finn trete lor so enn fas. Sa fer ki nou gagn enn sirfas ki nou apel andan Ravann e enn sirfas ki nou apel andeor. Grander enn Ravann varye: Pli tipti kapav 25-30 santimet (10-12 pous) diamet ziska pli gran 60-75 santimet (25-30 pous). Diferan grander Ravann pou donn diferan sonorite. Pli li gran, pli so son pou grav e pli li tipti, pli so son pou egi. Normalman, dan enn lansanb, nou pou touzour ena diferan grander Ravann pou gagn enn bon larmoni. Lontan, dibwa ki ti servi pou fer serk, ti enn dibwa ase leze, par exanp dibwa lakol. Me zordizour, deplizanpli, pe servi plywood pou fer serk Ravann. Ravann enn linstriman bien leze – ant 250 g e 1 kg. Fasilman sarye li e tini li pou zwe.” C’est ainsi qu’est présentée la ravanne en page 39 de O ti le la la e ravann, qui sort prochainement des presses et qui sera mis sur le marché dès le mois d’août.
Après le film documentaire sur la fabrication de la ravanne, Lame la kone, réalisé par Diana Heis en 2013, le projet photographique et l’album Nomm mwa sega Tipik en 2014, Abaim complète sa “trilogie” avec ce projet. Pas un manuel, mais un livre aussi complet qu’il pouvait l’être à ce stade sur la ravanne. Derrière, un immense travail de collectage et de recherche. Abaim a aussi puisé dans ses trente ans d’histoire et d’expériences pour ce document.

“Komdikoze, 30 an napa 30 zour sa !”
La préface du livre précise que le moment était venu pour un tel projet : “Dimounn ki konpran inpe seki ete patrimwann oral konn sa bien me viv sa mal : sak fwa ou pans pou ekrir lor enn size tradision oral, ou gagn enn gran traka. Sa chombo ou profon bien for mem. Koumadir ou per ou pe komet enn traizon. Ala dan ki sitiasion nou finn retrouv nou depi ki lide ekrir enn liv lor Ravann inn vinn dan nou latet. Kitfwa akoz samem nou finn pran pre 30 an avan pibliye li. Alor kouma nou finn sap ladan ? Kapav dir ki letan finn desid pou nou. Komdikoze, 30 an napa 30 zour sa ! Lor sa peryod la, nou lexperyans obzerve, experimante, dokimante, analize, konpran, fabrike, montre e aprann anmemtan, finn fer nou sir nou pwin lor boukou zafer konsernan Ravann. Nou kapav dir ki letan finn donn kredibilite nou laksion par permet nou devlop baz konesans sa linstriman la e bann diferan rit ki nou zwe lor li. Sa liv la dibout temwin pou regilarite, konsistans ek riger nou demars lor tou plan. Sa liv la, li sa gran partaz ki nou anvi fer la.”
Ce livre rend justice à cet instrument intrinsèquement lié à l’histoire du pays. Abaim parle même d’un devoir de réparation. Avec des textes en kreol accompagnés de leurs traductions anglaises, le livre est divisé en plusieurs cahiers, eux-mêmes étalés en plusieurs chapitres. Les titres de ces cahiers sont Ravann, mirwar so listwar, Fabrikasion Ravann, Avan Zwe, Tom dakor lor terminolozi, Baz teorik lamizik Ravann et Aprantisaz. Pas de conclusion à cette belle histoire : “(…) sa liv la pa kapav ena enn konklizion. Bizin les li evolie otour tou bann eleman ki nou finn mansione ek lezot ankor, si neseser. Nou konklizion, li pou enn gran linvitasion pou enn latansion e enn kontribision depi ankor plis dimounn dan Repiblik Moris ek ayer pou soufle for for lor sa bann laflam ki pou kapav sarye Ravann e lamizik sega tipik touzour pli lao.”

“Face à la barbarie, il y a toujours de l’espoir”
Pour Marousia Bouvéry, il y a aussi tout un symbolisme lié à la ravanne, qui fait partie de l’identité des Mauriciens. “Il est important d’avoir un symbole de résistance tel que la ravanne dans la période post-coloniale. Elle rappelle que face à la barbarie, il y a toujours de l’espoir et que l’être humain demeure, malgré les circonstances. Si la ravanne est arrivée jusqu’à nous, c’est parce qu’il y a des gens qui ont résisté dans des conditions terribles. Elle nous réconcilie avec notre histoire, et, comme notre langue, elle resserre les liens entre les Mauriciens. Il y a un enjeu anti-communal en la ravanne.”
De belles photos illustrent le livre, qui est aussi accompagné de deux DVD reprenant les thèmes développés. Comme toujours, Abaim s’est fait un devoir de présenter une œuvre belle, dans le fond comme dans la forme. Un véritable objet de collection à ne surtout pas ranger dans une vitrine ni dans un musée puisque ce livre prend tout son sens lorsque ses connaissances sont partagées, analysées, acquises. Marousia Bouvéry précise que le format a été pensé pour que le livre devienne un compagnon de route facile à embarquer sur soi pour une exploration qui sera riche et intense.
“Tout le défi a été de coordonner le livre et le film. Cela a été un travail titanesque. Mais nous sommes heureux parce que le livre et à la hauteur de tous les efforts que nous y avons mis”, confie-t-elle. Diana Heis est restée aux côtés de l’équipe d’Abaim, même en étant ailleurs, et a établi le contact avec d’autres professionnels qui ont eu leur part de contribution à ce projet.
O ti le la la e ravann est un héritage offert à la postérité. Un legs précieux qui provient d’Alain Muneean, de Fanfan, de Michel Legris, de Marclaine Antoine et de tous ces anonymes qui ont gardé vivant le rythme authentique de la ravanne et qui ont su le faire voyager à travers le temps.

Trente ans pour Lekol Ravann Abaim
Il y a trente ans, les premières frappes sortant de Lekol Ravann Abaim portaient en elles des espoirs qu’il était urgent d’entendre. Ce projet avait été monté comme une alternative offerte aux jeunes alors que Cité Barkly et les régions avoisinantes avaient été abandonnées à la drogue. L’école s’était installée à la rue Maingard et a grandi à travers les énergies qui lui ont été injectées au fil des années.
Lekol Ravann Abaim est devenue bien plus qu’une échappatoire ou qu’une seconde option. Nombreux sont ceux qui ont été formés ici à la ravanne, à la culture, à une discipline de vie et à une vision de l’avenir. De nombreux projets sont sortis pour enrichir le paysage musical et culturel du pays. Les chansons d’Abaim ont réuni la nation en chœur.
Le lancement de O ti le la la e ravann fera date dans son histoire. “Pour arriver à ce projet, il a fallu que l’Ekol Ravann Abaim soit solide et qu’elle puisse tenir fermement sur ses pieds. Cette école a fonctionné pendant trente ans sans jamais baisser les bras”, précise Marousia Bouvéry.

La ravanne en théorie
L’un des grandes contributions de O ti le la la e ravann vient du fait qu’il apporte une base théorique à la musique de la ravanne. Le livre propose un système de notation, de lekritir lamizik. Cela passe par la compréhension des éléments de base comme le tan, le not/son, le silans, la mezir, le rit. Les explications sont aussi directes et claires que possible. Ainsi, pour le tan, il est précisé : “Kan nou koz ‘tan’, li vedir enn lespas letan defini ki ena enn koumansman e enn lafin. Li seki nou apel ‘enn inite de baz’ dan letan. Par exanp, kan nou tap nou lipie anba e nou relev li, nou finn pratik enn tan.”
Cette notation est une vraie révolution pour la ravanne. “Nous souhaitons que les gens puissent en jouer n’importe où dans le monde, y compris dans un orchestre. Ce système vient démystifier la perception que la ravanne ne sert qu’a met lanbians dan bor lamer.”
Le chapitre dédié à l’apprentissage est particulièrement élaboré. Des illustrations sont aussi utilisées pour une meilleure prise en main de l’instrument et pour son utilisation sans fausse note.

Surprise pour les premiers acheteurs
Les premiers acheteurs de O ti le la la e ravann recevront une surprise de la part d’Abaim. Le livre sera disponible après le lancement, qui est annoncé pour le 30 juillet, lors d’une présentation qui sera faite dans l’ancienne prison des esclaves à Port-Louis.
O ti le la la e ravann sera disponible en prévente à Rs 500. Les réservations seront reçues sur le 466-4006 ou sur abaim@intnet.mu. En librairie, le livre sera disponible à Rs 700.